Menu

selfcheck-kmu

Selfcheck de 15 minutes: obstacles au succès des PME

5 min.
Stiegeler-Bruno-500x500

de Bruno Stiegeler

2 articles

Pour les dirigeants de PME il est vital de déceler de bonne heure les difficultés et les risques de sorte à pouvoir s’adapter aux évolutions en toute certitude. Un selfcheck, réalisé à partir des premières conclusions tirées de l’étude PME-ET-TOI, leur permet de s’évaluer eux-mêmes et d’identifier des solutions.

La plupart des PME en Suisse se trouvent prises au piège de leurs modèles d’affaires, ce dans une mesure plus ou moins marquée. C’est du moins ce qui ressort d’une première analyse de l’étude PME WIR «Ta prochaine étape» réalisée dans le cadre de l’initiative «PME – et toi?». Développé à la lumière de ce constat, un selfcheck vient offrir aux entreprises un outil d’auto-évaluation pratique.

Quels sont les pièges du modèle d’affaires?

Les PME sont en constante évolution. Et leur environnement évolue tout autant. Or, aujourd’hui, cette évolution est plus rapide et plus dynamique que jamais. Au cours de son existence, l’entreprise traverse différentes phases aux caractéristiques bien distinctes les unes des autres: de leur fondation à la période de croissance, de leur établissement à leur fermeture ou transmission.

Chacune de ces phases s’accompagne d’enjeux spécifiques et modifie donc le cadre auquel le modèle d’affaires doit répondre. Moteur au départ, un modèle d’affaires peut subrepticement devenir un frein au fil du temps, ce qui arrive souvent. Celui qui ne le réalise pas à temps en réagissant par des solutions adaptées met à mal l’entreprise.

Ce qui importe, c’est de s’en rendre compte en temps voulu

Pour chaque dirigeant de PME, il est donc essentiel de procéder régulièrement à un état des lieux. C’est la seule manière pour lui et son équipe de direction de savoir où il faut intervenir pour pouvoir répondre aux développements et anticiper ainsi tout contrecoup et tout problème. C’est vite dit, mais ce n’est pas aussi aisé à mettre en pratique. Dans l’agitation quotidienne, beaucoup d’entreprises peinent à trouver du temps, même si elles n’ignorent pas à quel point cet aspect est essentiel à leur pérennité et à leur développement.

Cap sur un premier diagnostic: un quart d’heure et 30 réponses

Il suffit de réfléchir brièvement et de se concentrer un peu pour répondre à quelques dizaines de questions fermées (oui/non) du nouveau selfcheck pour PME. Le dirigeant peut ainsi rapidement se faire une première idée des difficultés auxquelles il est sans doute confronté à l’heure actuelle. Le report des points attribués sur la base de ses réponses lui montre immédiatement s’il se trouve pris dans le piège de la croissance, des bénéfices, de l’agilité, du marché, de la complexité ou de la technologie.

Une évaluation qui lui permet d’avoir une réponse rapide. Car chaque type de piège et l’entreprise qui s’y trouve présentent des caractéristiques typiques qui se recoupent.

En toute confidentialité

C’est dans notre nature. Seuls peu d’entrepreneurs éprouvent le besoin de faire connaître au-dehors les problèmes sur lesquels ils butent et leurs points faibles. Il s’agit d’abord de s’en rendre compte soi-même, puis d’en discuter avec des personnes de confiance et des proches. Cela fait partie de l’entrepreneuriat.

C’est pourquoi le Selfcheck PME est offert sous forme de document imprimable, de sorte que seul l’entrepreneur puisse voir les réponses et le diagnostic. Pour des questions de confidentialité et de discrétion, il a été renoncé à un outil en ligne avec une évaluation automatique. Chaque entrepreneur doit pouvoir en faire ce qu’il juge bon.

Et après?

Le Selfcheck PME met probablement au jour le point névralgique. Son annexe explique et détaille un peu plus les différents pièges des modèles d’affaires. Le dirigeant peut ainsi examiner le «diagnostic» et vérifier lui-même si la situation décrite rejoint effectivement celle de sa propre entreprise.

Après cette étape, il peut mettre en regard les difficultés avec les leviers qui permettent de les surmonter pour en déduire des solutions. S’il souhaite ensuite s’y atteler, et le cas échéant de quelle façon et à quel moment, c’est à lui seul de le décider. Après tout, c’est l’affaire du patron.

De l’aide pour s’aider soi-même

La Suisse et surtout les coopératives de notre pays s’appuient sur une longue tradition d’entraide et de soutien mutuel. C’est dans cet esprit que la Banque WIR soc. coopérative a donc développé en étroite collaboration avec des experts le Selfcheck PME, un outil précieux, concret et pratique pour permettre à nos PME, qui forment le pilier économique de notre pays, de garder le bon cap.

Télécharger maintenant: notre questionnaire Selfcheck PME pour déterminer la position de ta PME sur le marché.

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

Votre commentaire

Annuler Ajouter un nouveau commentaire
Kein Kommentar

Article suivant

PME

En lire plus de la catégoriePME

schoch aus Content
PME

Bien plus qu’une maison appenzelloise

Un nouveau quartier comprenant un nouvel hôtel, des appartements pour personnes âgées ainsi que des «appartements pour chefs d’entreprise» est en train de voir le jour à Gonten (AI), juste derrière l’historique hôtel Bären. Le maître de l’ouvrage, Jan Schoch, a choisi la Banque WIR comme principal partenaire de financement.

Plus

SeilerBüro (1)
PME

Importateur de voitures: «Voilà qui paie vraiment!»

L’importation de véhicules utilitaires depuis plusieurs pays européens est la grande spécialité de Hans Seiler. Ce dernier règle les factures de ses fournisseurs libellées en euros, en livres anglaises, en florins hongrois, en zlotys polonais et parfois aussi en dollars américains par le biais de la plate-forme FX Trading.

Plus

Speech Bubble Industry Puzzle
PME

Partage des ressources entre PME

Une PME ne peut se maintenir à flot sur le marché suisse seulement si elle fait preuve d’une efficience maximale. Le partage de ressources entre PME peut contribuer de manière importante à cette réussite, tout en étant un point de départ pour de nouvelles collaborations entre entreprises.

Plus

SchnyderMode_3Pers_Space
PME

«J’observe quotidiennement l’évolution des cours»

Roland Jenny représente la quatrième génération à gérer la maison Schnyder Mode et ses magasins de mode à Rapperswil, Hinwil, Wald et Flawil (Bossart Modehaus). Il règle ses factures en euros par le biais de la plateforme FX Trading d’AMNIS.

Plus

En lire plus de la catégorie

PME