Menu

Foto_Unternehmergeist_ bearbeitet

L’esprit d’entreprise face à la crise du coronavirus

5 min.
zimmermann_karl_unternehmergeist

de Karl Zimmermann

1 article

Nous vivons dans l’illusion selon laquelle il est possible de tout contrôler entièrement. Le coronavirus peut nous aider à prendre conscience qu’il n’en est rien. Ce qui nous permet de tirer profit d’une importante opportunité.

Une opportunité est une occasion favorable que l’on peut également qualifier de chance.

Selon le centre national français de ressources textuelles et linguistiques, l’ancienne signification du mot chance est un coup de dé alors qu’une autre acceptation est celle d’un tour favorable ou défavorable, mais de soi imprévisible et livré au hasard, que peut prendre une situation ou un événement. Aujourd’hui, ces deux mots prennent un sens très lourd face à la crise du coronavirus.

Bonjour, me voici à nouveau, ton esprit d’entreprise. Nous faisons actuellement tous l’expérience qu’il n’est pas possible d’influencer le hasard. La pandémie du coronavirus a de nombreux côtés sombres. Sur le monde entier, des gens tombent malades et meurent, tout le monde doit faire face à un avenir impossible à planifier, des écoles sont fermées, il faut annuler des vacances et des voyages, renoncer à presque tous les contacts sociaux personnels, le système de santé atteint ses limites, des employés perdent leur emploi, des entreprises sont au bord de la faillite, les marchés financiers s’écroulent et les pays doivent dépenser des milliards pour des actions de sauvetage économique et des soins médicaux.

Quelque sérieux et triste que soit tout cela, je peux aussi vous raconter quelque chose de positif. A en croire la bonne vieille analyse SWOT – SWOT: Strength (Force) – Weakness (Faiblesse) – Opportunity (Chance) – Threat (Menace-Risques) -, il n’existe pas que des risques mais aussi des chances, c’est-à-dire toutes les possibilités qui s’offrent à la plupart des entreprises touchées par la crise.

Remarquables idées et innovations
Les esprits d’entreprise ne sont pas les seuls à montrer que les choses peuvent changer dès qu’une incitation suffisamment puissante se manifeste. Cela débouche sur de remarquables idées et innovations. Comme les restaurants ne pouvaient plus accueillir de clients à l’intérieur, ils ont, par exemple, misé sur les services à l’emporter et de livraison. Des aides de voisinage et des idées de divertissements pour aînés, des projets culturels en ligne et des portails de lecture en ligne gratuits ont vu le jour, des entreprises proposent des services de collecte ou des conseils à distance. Quant aux écoles, les voici qui dispensent l’entier de leur enseignement à distance, en ligne. La difficile situation de base offre l’opportunité de lancer des innovations qui conservent tout leur intérêt après la fin de la crise.

Ainsi, certaines personnes passent jusqu’à 23 heures hebdomadaires en séance, la moitié de cette durée étant considérée comme gaspillée ou les résultats obtenus comme autant d’échecs. La situation actuelle nous a obligés de réfléchir à la pratique des séances. Comme il n’est plus permis, dans de nombreux pays, de se réunir en groupe, de nombreuses séances sont tout simplement annulées. Lorsqu’elles ont néanmoins lieu, c’est sous forme virtuelle –beaucoup plus brève et plus efficace. La crise du coronavirus offre une excellente opportunité de restructurer l’un des éléments les moins populaires de notre organisation vitale.

Une époque stimulante constitue une grande opportunité pour les relations sociales et pour d’autres possibilités de toucher des gens et de les aider. Bien entendu, l’impossibilité de visiter des amis ou des membres de la famille a renforcé, pour certains, l’isolation et le sentiment de solitude. Cependant, le sentiment que « nous sommes tous dans le même bateau » a également déclenché d’intéressants nouveaux types de liens.

«Il n’est pas possible d’influencer le virus mais bien notre réflexion et nos actes.»

Nous pouvons également transférer cette réflexion dans notre vie professionnelle. Le fait que la volonté de tirer tous ensemble à la même corde avec les collaborateurs se renforce est particulièrement précieux pour nous. La confrontation forcée et intensive avec la nouvelle situation aura une influence positive sur l’orientation de nos entreprises.

Une simple virus détruit toutes les certitudes. Pour presque chaque aspect de notre vie, nous cherchons à garder le contrôle. Qu’il s’agisse de santé, de sécurité des sociétés aéronautiques ou de notre horoscope, nous vivons dans l’illusion qu’il est possible d’exercer un contrôle absolu. Le virus peut nous aider à prendre conscience que cela n’est pas le cas. Or, c’est précisément cette prise de conscience qui constitue une grande opportunité.

Il est probable qu’en ce moment, de nombreuses sociétés et entreprises se préparent à mettre la clé sous le paillasson mais, comme je vous l’ai dit ci-dessus : s’il est impossible d’influencer le virus, il est possible d’influencer notre réflexion et nos actes. Les véritables esprits d’entreprise reprendront le dessus, tireront leurs conclusions de toutes les expériences faites et feront de nécessité vertu.

Ne demeurons pas dans la vallée des larmes mais tirons profit des opportunités que la crise du Covid19 nous offre!

KMU-Nachfolgezentrum AG

En 2006, Karl Zimmermann a fondé avec Hans et Andreas Weber la société KMU-Nachfolgezentrum AG (centre de transmission de PME SA) et il y travaille depuis en tant que membre du conseil d'administration et en tant que coach pour les situations de transmission d'entreprises. La principale activité de cette société est de trouver des solutions de reprise pour les petites et moyennes entreprises.

Taux d'acceptation WIR: 10%

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

Votre commentaire

Annuler Ajouter un nouveau commentaire
Kein Kommentar

Article suivant

PME

En lire plus de la catégoriePME

schoch aus Content
PME

Bien plus qu’une maison appenzelloise

Un nouveau quartier comprenant un nouvel hôtel, des appartements pour personnes âgées ainsi que des «appartements pour chefs d’entreprise» est en train de voir le jour à Gonten (AI), juste derrière l’historique hôtel Bären. Le maître de l’ouvrage, Jan Schoch, a choisi la Banque WIR comme principal partenaire de financement.

Plus

SeilerBüro (1)
PME

Importateur de voitures: «Voilà qui paie vraiment!»

L’importation de véhicules utilitaires depuis plusieurs pays européens est la grande spécialité de Hans Seiler. Ce dernier règle les factures de ses fournisseurs libellées en euros, en livres anglaises, en florins hongrois, en zlotys polonais et parfois aussi en dollars américains par le biais de la plate-forme FX Trading.

Plus

Speech Bubble Industry Puzzle
PME

Partage des ressources entre PME

Une PME ne peut se maintenir à flot sur le marché suisse seulement si elle fait preuve d’une efficience maximale. Le partage de ressources entre PME peut contribuer de manière importante à cette réussite, tout en étant un point de départ pour de nouvelles collaborations entre entreprises.

Plus

SchnyderMode_3Pers_Space
PME

«J’observe quotidiennement l’évolution des cours»

Roland Jenny représente la quatrième génération à gérer la maison Schnyder Mode et ses magasins de mode à Rapperswil, Hinwil, Wald et Flawil (Bossart Modehaus). Il règle ses factures en euros par le biais de la plateforme FX Trading d’AMNIS.

Plus

En lire plus de la catégorie

PME