Menu

wirblog_physiotherapie_gesundheit_fitness_kmu_fitness_power

«La santé relève de la responsabilité de chacun»

8 min.
volker-strohm

de Volker Strohm

4 articles

Pour les physiothérapeutes Daniel Aregger et Sybille Wassner, il est clair que le temps et l’argent investis en faveur de la santé des collaborateurs sont payants à long terme pour les patrons de PME.

Qu’est-ce que la santé?

Sybille Wassner: Pour moi, la santé, c’est le fait d’être satisfait – ce qui signifie: se sentir bien.

Veiller à sa santé prend du temps.

Daniel Aregger: Trop souvent, la promotion de la santé se mesure aux moyens engagés: au temps, mais aussi à l’argent. À première vue, on ne comprend pas que la santé a également des effets financiers positifs. En fin de compte, un patron d’entreprise économisera énormément de charges si ses collaborateurs sont en bonne santé.

Comment peut-on changer les mentalités des employeurs?

Aregger: Il faut informer, en permanence, et toujours recommencer. Malgré l’accélération de notre rythme de vie en raison de la numérisation, il serait important de lever le pied de temps à autre. Pas seulement pour les collaborateurs, mais également pour le patron. Dans ce cas, le mot magique est décélération.

Cela semble très simple en théorie, qu’en est-il de la pratique?

Aregger: Il faut avoir le courage d’affronter des vides. En tant qu’employeur, je considère qu’il est judicieux que mes employés n’aient pas toujours un planning de travail complet. Il faut des moments «tampons» pour respirer. Certains objecteront: du temps improductif ne génère aucune recette, seulement des charges. À long terme cependant, ce calcul est faux: un collaborateur qui décélère chaque jour deux heures en ne travaillant pas constamment au maximum de ses possibilités coûtera en fin de compte moins que s’il doit s’absenter pendant deux semaines en raison d’un surmenage qui interviendra tôt ou tard.

La santé est-elle automatiquement liée au sport?

Wassner: Non, il faut relier la santé et l’activité physique. L’ être humain est né pour bouger mais notre société l’oblige à rester assis.

L’employeur fait également partie de cette société: comment puis-je obtenir un bénéfice rapide?

Wassner: levez-vous et bougez – par exemple en intégrant des mini-pauses actives à votre travail. De plus, personne ne devrait jamais commencer un travail physique sans s’être échauffé auparavant.

Nous supposons que l’insuffisance d’activité physique joue également un rôle important dans le travail quotidien d’un physiothérapeute.

Aregger: Très clairement. Recouvrer la santé n’est possible qu’avec le mouvement. Nous devons faire comprendre à nos clients comment on arrive sur «l’île du mouvement». Aujourd’hui, «work-life balance», à savoir l’équilibre entre la vie personnelle et le travail, est un terme à la mode: il faut que je puisse régulièrement me reposer à côté de mon travail. Un exemple touchant au langage corporel: quelqu’un qui est soumis à trop de pression à sa place de travail lève souvent les épaules vers le haut, un réflexe de protection. Il s’agit précisément de la zone musculaire qui est de toute façon souvent trop tendue. Dans un tel cas, le physiothérapeute pourra bien entendu tenter de réduire les douleurs musculaires – mais aussi longtemps que la personne reste soumise au stress à son poste de travail, ce n’est qu’une question de temps avant que les douleurs reviennent.

wirblog_physiotherapie_fitness_battle_rope

«Recouvrer la santé n’est possible qu’avec le mouvement.»

Daniel Aregger

Quels sont aujourd’hui les principaux soucis de santé?

Wassner: Ce que l’on appelle les «maux de dos non spécifiques»: un mal au dos chronique, les hanches, les genoux – jusqu’à l’arthrose.

À quel âge?

Aregger: Les clients sont de plus en plus jeunes. Les maux de dos affectent déjà les jeunes qui sont soumis pour la première fois à la pression au poste de travail au cours de leur formation ou qui doivent rester longtemps assis et concentrés sur les bancs d’une haute école.

Le résultat est souvent une ordonnance du médecin pour neuf séances chez le physiothérapeute. Cela suffit-il ?

Wassner: Cela dépend de la façon dont le client y participe. Ce dernier doit reconnaître pourquoi il a rencontré des problèmes – et il doit vouloir changer quelque chose à sa situation en conséquence. Si c’est le cas, il est possible de maîtriser les maux de dos en règle générale dans les quatre à six semaines.

Cependant, je ne peux pas me rendre directement chez un physiothérapeute à titre préventif car j’ai d’abord besoin d’un rendez-vous chez le médecin.

Aregger: Non, vous pouvez vous rendre directement chez un physiothérapeute, sans ordonnance. Dans ce cas toutefois, la caisse-maladie ne prendra pas les frais à sa charge. Des efforts sont toutefois entrepris pour que les prestations du physiothérapeute puissent à l’avenir également être prises en charge par la caisse-maladie, sans consultation préalable d’un médecin.

Et où en sont ces efforts?

Aregger: Plusieurs projets sont en cours. Il est prévu de lancer des phases pilotes. Il s’agit de montrer que l’accès direct à la physiothérapie constitue un complément judicieux dans le domaine de la santé.

Malgré le manque de spécialistes non seulement chez les médecins, mais aussi chez les physiothérapeutes?

Aregger: Oui. Je considère malgré tout que l’accès direct est judicieux, mais: nous parlons d’une extension quantitative qui s’oppose diamétralement aux discussions visant à réaliser des économies dans le secteur de la santé. Il y a ici un blocage politique. Toutefois, nous parlons, là aussi, d’un investissement pour un avenir moins coûteux.

Manifestations PME-Power

Dans le cadre de notre sujet principal, la physiothérapeute Sybille Wassner fera également une présentation lors des «manifestations PME-Power». Sous le titre «Fitness pour les patrons et les collaborateurs», vous apprendrez comment les entreprises peuvent contribuer, avec des moyens très simples, à favoriser la santé de leurs collaborateurs. Par ailleurs, le tissu conjonctif jouera également un rôle important – le tout, selon Sybille Wassner, sous une forme interactive. Au début de l’année, deux manifestations sont prévues auprès du WIR-Network de la Suisse du Nord-Ouest (6 février à Münchenstein) et du WIR-Network de Zurich (14 février à Zurich). Plus d’informations dans la rubrique «manifestations» de la présente édition de WIRinfo – vous trouverez un aperçu de toutes les «manifestations PME-Power» en page 9.Sybille Wassner et Daniel Aregger font une petite pause pour la photo. Au poste de travail également, les longues séances de travail assis devraient être interrompues par des mini-pauses actives.

Vous trouvez toutes les vidéos «Fitness pour les chefs et leurs collaborateurs» sur YouTube de la Banque WIR.

Quelles particularités saisonnières du comportement des patients reconnaît-on en ce changement d’année?

Aregger: Au début de l’année, les clients sont plus réticents à commencer une thérapie parce qu’ils doivent la financer eux-mêmes en raison de leur franchise.

Que dire des «bonnes résolutions»?

Wassner: Elles concernent principalement les studios de fitness, mais nous sommes également confrontés à ce sujet. Dans ce cas, il est important de se fixer des objectifs qu’il est possible d’atteindre. Si on n’a jamais fait d’activité physique en 2018, il vaudrait mieux ne pas se fixer pour objectif de participer à un marathon en 2019. Il est préférable d’opter pour une activité physique d’une demi-heure trois fois par semaine. Il faut commencer lentement, mais avec beaucoup de motivation. Sinon, c’est tout le corps qui sera endolori après deux semaines – ce qui tuera le plaisir que procure l’activité physique.

Comment trouver l’activité physique qui me convient le mieux?

Aregger: Ne pas chercher trop loin: se promener avec son partenaire et – au lieu de s’affaler sur le divan pour cela – discuter de la planification de la semaine. Commencer tout doucement, puis marcher un peu plus vite. Un tel exercice est non seulement bon pour le couple mais aussi pour la santé. Il en va de même au poste de travail: à la pause de midi, aller faire une promenade avec deux, trois collègues de travail – au lieu de lire les mails les plus récents à l’écran. C’est bon pour l’ambiance de travail et c’est bon pour la santé. Il ne faut pas forcément plus de temps, mais il faut utiliser judicieusement le temps disponible.

Avez-vous d’autres conseils classiques pour faire plus d’activités physiques?

Wassner: Se rendre au travail à vélo ou à pied, sortir une station avant la station de destination si l’on voyage avec les transports publics.
Aregger: Ou ne pas installer l’imprimante juste à côté du poste de travail mais ailleurs dans l’immeuble. Cela m’oblige à me lever et à bouger, pour chaque document. C’est le mélange de toutes ces idées qui rend la chose intéressante.

Proposez-vous un plaidoyer de conclusion?

Wassner: Aujourd’hui, il arrive souvent que le thème de la santé soit «confié» à des spécialistes et des professionnels tels que des physiothérapeutes par exemple. Je souhaiterais dès lors que chacun d’entre nous assume à l’avenir ses responsabilités vis-à-vis de sa propre santé.

 

Physiothérapeute et physiothérapeute sportif diplômé, Daniel Aregger est directeur du centre de réadaptation Paul Graf à Lucerne. Son équipe comprend entre autres la physiothérapeute sportive diplômée (avec master) et instructrice Antara Sybille Wassner. Daniel Aregger est aussi membre du comité central de physioswiss et y dirige le ressort «Entreprises».

Photos: Michael Hochreutener

«Fitness pour les chefs et leurs collaborateurs»

Vous trouvez toutes les vidéos sur YouTube de la Banque WIR.

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

Votre commentaire

Annuler Ajouter un nouveau commentaire
Kein Kommentar

Article suivant

PME

En lire plus de la catégoriePME

sandwich_mittagspause_arbeitsplatz_wirblog_gesundheit
PME

Évitez les travaux forcés à votre estomac!

Pour de nombreux salariés dans notre pays, la pause de midi est courte; notre organisme ne s’en réjouit pas obligatoirement.  Il est néanmoins possible de tirer un profit très agréable de cette interruption du travail.

Plus

Werbekampagne_WIR_KMU_Paket_2019
PME

Des clients WIR enthousiastes … «et tournez!»

Avec une campagne diffusée sur divers canaux en Suisse allemande et en Suisse romande, la Banque WIR vante actuellement le plus important réseau de PME de Suisse ainsi que ses taux d'intérêt d'épargne et de prévoyance très attrayants. Nous avons jeté un oeil dans les coulisses.

Plus

fuchs_zermatt_baeckerei_nachfolge_biner_wirblog
PME

Biner devient Fuchs: le bel exemple de Zermatt

Régulièrement, les solutions de succession à la tête de PME placent toutes les parties impliquées devant de gros défis. L’exemple des boulangeries au pied du Cervin montre que la solution la meilleure pour tous les intervenants est parfois également la plus proche géographiquement.

Plus

Schweizerisches Paraplegiger Zentrum SPZ, Nottwil
PME

Un «Friendly Work Space» pour travailler avec du plaisir

Le Centre Suisse des paraplégiques CSP à Nottwil est participant  WIR et fait partie des environ 80 entreprises et organisations en Suisse qui se sont vu attribuer le label «Friendly Work Space» par Promotion Santé Suisse.

Plus

En lire plus de la catégorie

PME