Menu

sandwich_mittagspause_arbeitsplatz_wirblog_gesundheit

Évitez les travaux forcés à votre estomac!

12 min.
zeller_adrian_wirblog

de Adrian Zeller

1 article

Pour de nombreux salariés dans notre pays, la pause de midi est courte; notre organisme ne s’en réjouit pas obligatoirement.  Il est néanmoins possible de tirer un profit très agréable de cette interruption du travail.

Que manger aujourd’hui à midi: Nasi Goreng, salade grecque, tranche panée et pommes frites, un menu végan, un kebab, de l’émincé de tofu, des sushis, un smoothie, un repas conforme aux principes d’une alimentation dissociée, une boisson protéinée, une boisson énergisante? Jamais encore, l’offre de produits alimentaires n’aura été aussi riche qu’aujourd’hui. Des fraises du Mexique, de la viande de bœuf d’Uruguay, des filets de pangasius du Vietnam, de la viande de poulet de Hongrie; il serait sans autre possible d’allonger cette liste.

Cependant, une table aussi richement garnie ne convient pas à tout le monde. Nombreuses sont les personnes qui pensent faire l’objet d’une intolérance au gluten, d’une allergie aux produits alimentaires ou encore de souffrir des troubles relevant d’un colon irritable. Par ailleurs, environ 450’000 Suisses sont touchés par un diabète de type 2, tendance à la hausse. Dans le cas de ces maladies, un comportement alimentaire peu optimal peut avoir une influence: se concentrer sur son smartphone tout en mangeant, répondre à la faim par des bombes caloriques grasses ou sucrées ou combattre les crises de fatigue par un grand nombre d’express ou de boissons énergisantes, tout cela risque de déboucher à plus ou moins longue échéance sur des problèmes de digestion.

Recours trop rapide aux bombes caloriques

Lorsque le mode de vie est intense et trépidant, l’estomac et les intestins jouent le rôle de système d’alarme préventif. Le mangeur ne mâche qu’insuffisamment les aliments et avale beaucoup trop d’air. Le repas n’est plus qu’une simple ingestion de nourriture et non pas un moment de tranquillité et de plaisir. Des éructations, une sensation de pression et des ballonnements peuvent en résulter. De plus, les hormones de stress réduisent l’irrigation sanguine de la muqueuse intestinale.

Selon une étude réalisée sur des pilotes militaires suivant un entraînement de combat dans un simulateur de vol, les périodes de stress durable ont entraîné une modification négative de la flore intestinale. Or l’équilibre de cette flore intestinale est déterminant, tant pour la qualité de la digestion que pour la constitution des défenses immunitaires. Les pilotes se plaignaient ainsi plus souvent de maux de gorge, de refroidissements et de maux de tête.

Le fait d’être soumis à une tension permanente nous pousse à nous alimenter de manière plus irrégulière et moins équilibrée: des barres chocolatées et d’autres douceurs, des sodas très sucrés, des hamburgers, des sandwichs, des chips et tant d’autres choses similaires. Tous ces aliments fournissent effectivement rapidement l’énergie souhaitée mais, à la longue, l’organisme n’est qu’insuffisamment approvisionné en substances minérales, vitamines, oligo-éléments, acides gras essentiels, substances végétales secondaires et autres substances vitales indispensables. Avec le temps, cela peut déséquilibrer le métabolisme. De plus, l’énergie fournie par de tels snacks disparaît rapidement et le besoin de nouvelles calories revient très vite à nouveau.

Les pauses et l’activité physique

Les spécialistes considèrent qu’une alimentation optimale comporte cinq repas répartis sur la journée, dont deux comme en-cas de pause. Des petits pains de farine complète ou des barres de céréales, des fruits, des fruits secs et des noix conviennent idéalement à de tels en-cas de pause. Cette nourriture approvisionne plus longtemps l’organisme en énergie tout en lui fournissant une plus grande diversité de substances vitales.

schwein_essen_lebensmittel_arbeitsplatz_wirblog_gesundheit

Aussi mignons soient-ils: en 75 ans de la consommation, le Suisse moyen mange 40 cochons.

De plus, la part de fibres alimentaires est plus élevée avec ces aliments, ce qui favorise la digestion. Cela contribue à faire disparaître les fringales auxquelles on est tenté de répondre par des salves de calories faibles en substances vitales. Selon la recherche, de brèves pauses réparties tout au long de la journée et utilisées pour bouger un peu, boire et manger quelque chose, contribuent à assurer une efficacité durable. Des essais réalisés avec des participants chargés de rouler sur un parcours dans un simulateur de conduite ont montré que plus le dernier repas remonte à longtemps, plus le taux de fautes commises s’accroît (lisez également l’interview «La santé relève de la responsabilité de chacun»).

Veiller à la qualité de la nourriture

Après avoir passé plusieurs heures à ne rien manger, on tend à se servir de plus grosses portions au cours des repas qui suivent, une quantité de nourriture qu’il faut ensuite digérer. La quantité quotidienne de calories varie entre 1800 et 2500. Idéalement, ces calories sont consommées régulièrement tout au long de la journée. À titre de comparaison: un litre de thé froid contient environ 300 calories constituées principalement de sucre.

Les spécialistes en alimentation conseillent généralement de ne pas compter les calories mais de veiller à des menus équilibrés et riches en substances nutritives. De plus, le fait de manger consciemment est très important; une personne fortement déconcentrée par des médias numériques ou d’autres influences ressent moins clairement le sentiment de satiété et mange plus que nécessaire.

Éviter les mets froids

La quantité consommée en moyenne par une personne au cours de 75 ans de sa vie semble presque incroyable: 6,5 tonnes de fruits et de légumes, environ 40 cochons ainsi que plusieurs centaines de poulets. À cela viennent s’ajouter environ 60 000 litres de boissons. Toute cette nourriture doit passer à travers notre système digestif constitué d’un tube d’environ huit mètres de long.

Sur cette distance, des processus physiques et chimiques garantissent que le corps puisse absorber, de chaque bouchée de lasagne et de chaque gorgée de Prosecco, toutes les substances vitales qui lui sont nécessaires. En fonction de la composition de la nourriture, le temps nécessaire à l’appareil digestif pour faire son travail sera différent. Après 24 heures au plus tard, même la tranche panée la plus coriace aura été entièrement décomposée.

Cependant, notre ventre préfère les mets légers qui lui donnent moins de fil à retordre. Il n’aime pas non plus les produits alimentaires très froids car ces derniers lui demandent beaucoup d’efforts: le sandwich au salami qui sort du frigo, la crème glacée et la bière froide doivent en effet tout d’abord être réchauffés à une température d’environ trente degrés afin d’atteindre la température du corps – ce qui demande beaucoup d’énergie. Le fait de consommer souvent des boissons et des aliments froids peut affaiblir les défenses immunitaires.

«Un ventre plein …»

«Un ventre plein, esprit vide», dit un proverbe fort à propos. Une règle de baignade recommande d’ailleurs de ne pas se tremper pendant un intervalle d’une à deux heures après un repas car le corps est fatigué et ralentit, en particulier après des repas lourds. Le sang se concentre dans le tube digestif, réduisant par conséquent sa concentration dans la tête.

Faites du bien à votre ventre à midi

  • On mange aussi avec les yeux: veillez à disposer avec soin les mets sur votre plat, cela contribuera à une sécrétion plus généreuse des sucs gastriques.
  • Mâchez votre nourriture à fond, votre estomac et vos intestins vous en sauront gré.
  • Misez sur des mets légers, surtout à midi, car des mets très gras nécessitent beaucoup d’énergie pour la digestion.
  • «Dis-moi ce que tu manges et je te dirai qui tu es», ne consommez que de la nourriture de bonne qualité, pour le bien de votre organisme.
  • Mangez en fonction de votre activité! Les personnes dont le métier nécessite un fort engagement corporel nécessitent davantage de calories que les collaborateurs qui travaillent dans un bureau ou un laboratoire.
  • Il arrive souvent que l’on combine les repas et les séances; cependant, les repas de travail ne conviennent au ventre que s’ils ont lieu dans une atmosphère détendue; des conflits et de l’énervement ne devraient pas figurer au menu.
  • Divers thés aux herbes facilitent la digestion: fruits de fenouil, anis, camomille et menthe.
  • Pendant la pause de midi, essayez de vous distancer mentalement de votre travail, pensez à quelque chose qui vous fait plaisir.
  • Lors de régimes, veillez à une alimentation régulière et riche en substances nutritives. Dans le cas contraire, l’efficacité de votre régime en pâtira et les fringales se multiplieront.
  • Accordez-vous, à midi, lorsque c’est possible, une brève promenade de digestion à l’air frais. Cela favorisera votre détente.
  • Durant la pause de midi, vous pouvez faire le plein d’énergie non seulement en vous nourrissant mais également en faisant une brève sieste (power nap). Des applications de détente et des exercices de yoga contribuent également à la régénération

Le cerveau, qui pèse environ 1,5 kilo, a une importante consommation d’énergie qui représente environ 25 pour cent de la nourriture quotidienne. Une bonne raison supplémentaire de ne pas consommer trop de produits alimentaires difficiles à digérer. Conseil: la médecine chinoise traditionnelle mise avant tout sur des mets chauds qui sont beaucoup plus digestes.

Alimentation modifiée

En matière d’alimentation, les spécialistes constatent un phénomène d’individualisation très marqué. Cela peut s’expliquer par tout un faisceau de raisons: les Suisses forment un peuple qui adore voyager. Ils aiment retrouver à domicile ce qu’ils ont adopté à Majorque, en Islande ou en Afrique du Sud pendant leurs vacances ou lors de voyages d’affaires. Les établissements de restauration espagnols, mexicains, chinois et indiens qui ont remplacé en de nombreux endroits les restaurants conventionnels en constituent un indice très net. Là où l’on servait anciennement des croque-monsieur et steak-frites, on trouve désormais des plats thaï au curry.

Au cours de ces dernières années, il n’y a pas que le menu qui a considérablement changé mais aussi les habitudes d’alimentation. Au 21e siècle, le domicile et le lieu de travail sont souvent très distants – mot-clé: flux de pendulaires –, le repas de midi à la table familiale est désormais l’exception et non plus la règle. Il y a longtemps que la ménagère au fourneau qui se réjouit de voir sa famille manger à pleines dents fait partie du passé. L’émancipation de la femme se fait donc également sentir au niveau de l’alimentation.

tomaten_convenience_food_wirblog_arbeitsplatz_gesundheit

Le «Convenience Food» se base sur les goûts de la grande masse. Il en résulte des monocultures ne comportant que peu d’espèces. Il ne reste plus grand chose de la variété gustative qu’offrent pourtant environ 3100 espèces de tomates différentes.

En raison de l’influence de l’organisation du travail suivant le modèle américain, les pauses de midi sont aujourd’hui le plus souvent relativement courtes, ce qui exige des formes d’alimentation rapides. Simultanément, le chiffre d’affaires réalisé avec des compléments alimentaires en Suisse s’accroît chaque année de dix pour cent. Quant aux magazines, ils ne cessent de présenter de nouveaux super-produits alimentaires sous forme de graines et de baies exotiques.

Des collaborateurs performants

Il y a environ cent ans, lorsque les premières cantines d’entreprise ouvraient leurs portes en Suisse, les repas de midi faisaient déjà l’objet de discussions. À l’époque, il arrivait encore souvent que les pères de famille rentrent à la maison pour manger à midi. Il en résultait une interruption assez longue du travail qui n’était pas pour arranger les patrons. Ces derniers ont dès lors proposé des repas à prix réduits dans l’entreprise. Ils avaient également reconnu que seuls des travailleurs bien alimentés étaient des collaborateurs sains et performants. On notera qu’à l’époque déjà, on réfléchissait dans l’entreprise au soutien à la santé.

Aujourd’hui, le « convenience food » est devenu un terme clé dans de nombreux ménages privés mais aussi dans la restauration et les cantines. Il s’agit de produits alimentaires dont l’industrie a réalisé à l’avance certaines étapes de préparation. Il s’agit de mélanges de farine pour produits de boulangerie, de soupes aux nouilles, de sauces à salades prêtes à l’emploi ou encore de divers plats cuisinés. Un exemple illustre assez bien ce changement: l’an passé, environ 120 000 tonnes de produits de boulangerie mi-cuits étaient importés en Suisse. Le niveau différent des salaires dans divers pays est à l’origine de longs trajets de transport qui ne sont pas dans l’intérêt de la protection de l’environnement.

Des produits alimentaires préfabriqués

Les fournisseurs de l’industrie alimentaire font l’éloge des arômes naturels de leurs produits, des arômes qu’ils mettent au point dans leurs laboratoires. Les produits alimentaires design ciblent, au niveau aromatique, les goûts de la majorité et favorisent les monocultures avec peu d’espèces et une diversité gustative réduite: seul ce qui se transforme aisément dans les chaînes de production est finalement cultivé en grandes quantités sur les champs.

Un exemple: il existe au plan mondial 3100 espèces de tomates mais seules quelques-unes intéressent l’industrie alimentaire. Autre conséquence de l’alimentation industrialisée: de nombreux produits finis tels que des sauces ou des pizzas surgelées contiennent du sucre et de la graisse comme le prouvent les indications relatives aux ingrédients qui figurent sur les étiquettes. Tant le sucre que la graisse contribuent à l’optimisation gustative. Ce qui plaît au palais ne réussit cependant pas toujours au métabolisme qui n’hésite pas longtemps à stocker cette malheureuse combinaison sous forme de dépôt de graisse.

Après cette visite des cuisines industrielles, des laboratoires d’analyse de produits alimentaires et des monocultures, revenons à la pause de midi: une étude réalisée aux USA a montré qu’il existait un lien entre la façon de passer sa pause de midi et le bien-être psychique et physique général. Selon cette étude, les gens qui, pendant leur pause de midi, vouent leur attention à des choses qui leur font plaisir se plaignent moins de maux liés aux yeux ou à la tête ou d’autres symptômes. Dans l’ensemble par ailleurs, ces personnes avaient un style de vie plus sain.

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

Votre commentaire

Annuler Ajouter un nouveau commentaire
Kein Kommentar

Article suivant

PME

En lire plus de la catégoriePME

Werbekampagne_WIR_KMU_Paket_2019
PME

Des clients WIR enthousiastes … «et tournez!»

Avec une campagne diffusée sur divers canaux en Suisse allemande et en Suisse romande, la Banque WIR vante actuellement le plus important réseau de PME de Suisse ainsi que ses taux d'intérêt d'épargne et de prévoyance très attrayants. Nous avons jeté un oeil dans les coulisses.

Plus

fuchs_zermatt_baeckerei_nachfolge_biner_wirblog
PME

Biner devient Fuchs: le bel exemple de Zermatt

Régulièrement, les solutions de succession à la tête de PME placent toutes les parties impliquées devant de gros défis. L’exemple des boulangeries au pied du Cervin montre que la solution la meilleure pour tous les intervenants est parfois également la plus proche géographiquement.

Plus

Schweizerisches Paraplegiger Zentrum SPZ, Nottwil
PME

Un «Friendly Work Space» pour travailler avec du plaisir

Le Centre Suisse des paraplégiques CSP à Nottwil est participant  WIR et fait partie des environ 80 entreprises et organisations en Suisse qui se sont vu attribuer le label «Friendly Work Space» par Promotion Santé Suisse.

Plus

Ovronnaz.tif (2)
PME

Les Bains d’Ovronnaz: Source de détente

Nouveau spa avec des infrastructures exclusives en Suisse, nouvelles offres thérapeutiques, accès au hammam et aux saunas possible également pour les usagers de la piscine: voici comment les Bains thermaux d’Ovronnaz investissent dans la promotion du bien-être et de la santé sans perdre de vue pour autant les besoins des PME.

Plus

En lire plus de la catégorie

PME