Menu

iStockBlogHotel

Esprit de pionnier dans l’hôtellerie

12 min.
Madeleine Na

de Madeleine Na

1 article

À l’image de l’hôtellerie-restauration, une branche qui a très fortement souffert de la pandémie, des mesures de protection et des restrictions qui y étaient liées, il est possible de démontrer de quelle façon l’innovation est réellement vécue sur le marché du travail.

Dans l’économie suisse marquée par les PME, le manque de main-d’œuvre spécialisée est sur toutes les lèvres et devient de plus en plus un véritable problème. Par conséquent, les établissements sont tout simplement contraints de faire preuve d’innovation, d’une part pour conserver leurs collaborateurs et d’autre part, pour être en mesure d’en recruter de nouveaux. Depuis très longtemps, le marché du travail est très dynamique, ce qui signifie que le nombre de postes à pourvoir est supérieur à celui des chercheurs d’emploi. Il s’agit là d’un point de départ intéressant, mais qui comporte aussi de grands défis. Là où il était encore bien plus facile de rechercher du personnel il y a quelques années de cela, on assiste aujourd’hui à une vive concurrence entre employeurs. Environ 50% des entreprises, toutes branches confondues, confirment qu’il leur est difficile, voire très difficile de trouver des collaborateurs qualifiés. Au cours de ces vingt dernières années, le taux de chômage n’a jamais été aussi bas qu’en ce moment.

Il faut porter une attention particulière à la génération Z
À tout cela vient s’ajouter une nouvelle génération qui défend une autre vision des choses et exige des décisions correspondantes. La génération Z est constituée de personnes nées entre 1997 et 2010 ayant grandi avec un smartphone entre les mains. Les réflexions de ce groupe de population sont différentes de celles des générations précédentes: les baby-boomers, la génération X et ceux que l’on appelle les «Millennials» ou génération Y. Les entreprises doivent donc désormais réussir le grand écart résultant des différents systèmes de valeur des générations représentées au sein de leur personnel, et parvenir à satisfaire l’ensemble de ces groupes. Il faut toutefois porter une attention toute particulière à la génération Z, car elle représente l’avenir de l’économie.

Cela ne fait aucun doute que les collaborateurs constituent l’élément central du succès d’une entreprise, indépendamment de sa branche d’activité. Si quelqu’un n’était pas encore conscient de cette évidence, c’est au plus tard maintenant qu’il apparaît clairement que de bons et fidèles collaborateurs ont une énorme importance. Mais que faire pour fidéliser ses collaborateurs et en trouver de nouveaux? Il n’y pas de recette miracle pour ce faire. Il existe néanmoins quelques facteurs auxquels les employeurs devraient veiller et sur lesquels ils devraient agir.

Hôtellerie et restauration: un esprit de pionnier encore vigoureux…
L’exemple de l’hôtellerie et de la restauration, deux branches qui ont énormément souffert de la pandémie, des mesures de protection et des restrictions qui y étaient liées au cours de ces deux dernières années, permet de démontrer très aisément comment l’innovation est effectivement mise en œuvre sur le marché du travail. La branche a perdu un nombre particulièrement important de collaborateurs étant donné que la sécurité de leur emploi n’était plus assurée pendant une période assez longue – malgré toutes les mesures de soutien de la Confédération.Faisant de nécessité vertu, les restaurateurs et hôteliers suisses empoignent le problème à bras le corps et ne reculent devant aucun obstacle pour faire preuve d’innovation. Aucune difficulté n’est assez grande pour empêcher l’esprit de pionnier qui caractérise l’hôtellerie et la restauration suisses depuis le milieu du 19e siècle, de se déployer. Autant les défis relevés étaient de différentes natures durant toute cette période, autant les solutions trouvées auront été innovatrices et couronnées de succès.

… désormais aussi en ce qui concerne la durée du travail
Alors que l’hôtellerie et la restauration se montraient jusqu’à présent plutôt conservatrices en fonctionnant avec des structures organisationnelles hiérarchiques très rigides, un tout nouveau vent y souffle désormais. Les premiers établissements ont déjà mis au point de nouveaux modèles de temps de travail, tout en supprimant la traditionnelle coupure de l’après-midi, d’autres ont adopté avec succès la semaine de quatre jours à plein temps. Un soutien accru a été apporté aux programmes d’insertion de main-d’œuvre n’étant pas issue de la profession et aux possibilités de formation continue gratuites déjà existantes. D’autres établissements ont adopté depuis de nombreuses années une structure d’organisation aussi horizontale que possible dans le cadre de laquelle les collaborateurs peuvent s’engager et assumer des responsabilités. Ils montrent ainsi concrètement l’intérêt qu’ils portent à leurs collaborateurs et les soutiennent afin d’obtenir une satisfaction de ces derniers aussi élevée que possible.

«Pour le recrutement, c’est le tout qui est déterminant.»

Mais que faire lorsque le personnel est loin d’être au complet? Pour le recrutement, c’est l’offre globale qui est déterminante. Cela commence par une annonce attrayante, se poursuit avec l’accueil réservé aux candidats et se termine avec l’entretien personnel et l’engagement. Le processus de recrutement est cependant bien plus qu’un processus de travail isolé, il est composé de diverses étapes. Des valeurs d’entreprise authentiques et véritablement vécues dans la pratique, l’image de marque, les conditions d’engagement, les possibilités de carrière ainsi que l’estime et le respect portés aux collaborateurs actuels et potentiels ne constituent que quelques-uns des nombreux facteurs qui favorisent le processus d’engagement et qui permettent de recruter de nouveaux collaborateurs.

Quant à la génération Z, elle ne se contentera pas de valeurs d’entreprise intéressantes et concrètement applliquées, d’une bonne ambiance de travail et d’un uniforme chic pour se laisser recruter et fidéliser. Ce groupe de collaborateurs exige également que l’employeur soit en mesure de faire preuve d’une grande flexibilité, pour garantir un excellent équilibre entre vie privée et vie professionnelle, une communication et une intégration transparentes, des opportunités de carrière et, surtout, la prise en compte des technologies et des tendances les plus récentes.

Les employeurs de toutes les branches ont donc tout intérêt à suivre l’évolution économique, sociale et technologique, et à mettre au point des stratégies innovantes en faveur de leur personnel – ce qui profitera finalement à l’entreprise dans son ensemble.

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

Votre commentaire

Annuler Ajouter un nouveau commentaire
Kein Kommentar

Article suivant

PME

En lire plus de la catégoriePME

esprit de l'entreprise velo
PME

L’esprit d’entreprise et la bénédiction pour vélos

L’esprit d’entreprise est une rubrique de Karl Zimmermann qui vous présente de manière amusante et néanmoins très claire comment «fonctionne» l’esprit d’entreprise – et pourquoi ses actes ne connaissent apparemment aucune limite.

Plus

nettoyer
PME

wös.ch nettoie aussi pour vous!

L’atelier de tailleurs et blanchisserie wös.ch à Zurich ne propose pas ses prestations de services qu’aux seuls particuliers mais également aux PME. Toujours au centre de l’attention: le respect des principes du développement durable et le recours aux techniques modernes sans pour autant négliger ce que l’on nomme le fameux «human touch»

Plus

Unternehmergeist
PME

L’esprit d’entreprise et l’IA

L’esprit d’entreprise est une rubrique de Karl Zimmermann qui vous présente de manière amusante et néanmoins très claire comment «fonctionne» l’esprit d’entreprise – et pourquoi ses actes ne connaissent apparemment aucune limite.

Plus

Création d'entreprise
PME

Création d’entreprise: défis et opportunités

La création d'entreprise: Chaque année, environ 40 000 personnes trouvent le courage de se lancer dans une activité indépendante et fondent une nouvelle entreprise. Elles deviennent alors jeunes chefs d’entreprise ou chefs d’une start-up. À l’aune du nombre de nouvelles entreprises qui survivent, on peut constater que cette décision est loin d’être aisée.

Plus

En lire plus de la catégorie

PME