Menu

Comment tourner une vidéo d’entreprise avec un micro

6 min.
markus_gabriel_autor_wirblog

de Markus Gabriel

1 article

Tourner une vidéo n’est plus ce que c’était autrefois. Au moins en ce qui concerne les dépenses. L’équipement technique coûte aujourd’hui une fraction de ce que l’on devait autrefois débourser pour une qualité équivalente.

Tous les smartphones courants peuvent aujourd’hui faire des enregistrements HD. Et pourtant une vidéo fait souvent exploser le cadre financier d’une PME parce qu’elle nécessite encore un savoir-faire humain très onéreux.

Les dépenses de conception et de logistique sont restées les mêmes: storyboard, texte, recherche, organisation, discussions. À part cela, les idées originales coûtent souvent de l’argent: leur réalisation exige souvent des lieux et des jours de tournage différents ou des effets spéciaux coûteux et le talent d’acteurs professionnels.

Alors, il vaut mieux renoncer à la vidéo

Mais les budgets des PME sont limités. Et, ils ont raison tous ceux qui disent: «Mieux vaut ne pas faire de vidéo que faire une vidéo qui devient rapidement dérisoire». De ce point de vue, les vidéos les plus drôles sont celles qui veulent faire trop avec de petits moyens: interprètes amateurs faisant partie du personnel de l’entreprise qui s’en tiennent au script comme des marionnettes et récitent leur texte par cœur; le chef qui cite ses prospectus en voix off pendant toute la vidéo et tout particulièrement, l’humour mis en scène qui peut effectivement être involontairement très cocasse. Mais il existe des possibilités de produire une vidéo d’entreprise de qualité avec des moyens modestes.

Qu’est-ce que la qualité?

Souvent, la qualité est assimilée à ce que l’on appelle la valeur de production. On entend par là l’allure haut de gamme d’une production professionnelle ou, en termes plus simples, l’effet waouh d’une vidéo. Des images fascinantes, parfaitement montées sur la musique, des moments de surprise visuels et acoustiques, des subtilités dans la réalisation, des acteurs brillants, tout cela, seuls les pros disposant d’un budget élevé y parviennent. Celui qui veut rester à la page dans cette discipline sans les moyens correspondants se rend très rapidement ridicule.

Mais il existe également une autre forme de qualité qui peut exister en dehors de Hollywood: cela s’appelle l’authenticité. Dans un monde de communication prétentieux, trop esthétisant, les valeurs de l’authentique, du réel et du vrai se démarquent. «Produire» de l’authenticité n’est certes pas simple mais en tout cas moins cher. Dans ce contexte, il est inutile, voire même contreproductif, de produire un film «léché».

Procurez-vous un micro

Ce n’est pas le seul moyen mais c’est un très bon moyen d’aboutir à une vidéo authentique. Oubliez les images, l’histoire, la dramaturgie et tous les artifices visuels. Procurez-vous un bon micro avec ou sans ingénieur du son correspondant et commencez par le son.

Capturez les voix de vos collaborateurs, de vos clients, de personnes qui aiment s’exprimer sur votre entreprise ou sur vos produits. Posez des questions intéressantes à ces personnes sur elles, sur l’entreprise, sur l’équipe. Incitez vos interlocuteurs à formuler et à broder. Et osez poser des questions en fonction des réponses que vous souhaitez entendre (allez à la pêche aux compliments). Mais ne donnez jamais de manuscrit avec des réponses à apprendre par cœur aux personnes interviewées.

Formulez les mêmes questions plusieurs fois mais de manière toujours renouvelée et créez une ambiance décontractée. Beaucoup de personnes sont inhibées lorsqu’elles doivent parler devant un micro. Mais lorsqu’il y a en plus une caméra et toute l’équipe de tournage en train de regarder de manière très concentrée, la plupart des gens sont dépassés et se raidissent complètement. En revanche, un micro est peu invasif et vite oublié dès que le dialogue s’est noué. Vous aurez des résultats positifs.

Trois minutes suffisent

À présent, prenez tous les enregistrements audio et enlevez la voix de l’interviewer. Et aussi, tout ce qui vous ne plaît pas trop au niveau du contenu. Laissez les hésitations et les lapsus qui ont leur charme. Coupez les prises sélectionnées en les rassemblant sur une piste audio et chronométrez le temps. Si cette piste audio fait plus de trois minutes, réfléchissez bien aux endroits où vous pouvez encore supprimer des choses.

Bien entendu, vous êtes libre de déterminer la durée de votre vidéo d’entreprise, mais par expérience, on sait que l’utilisateur d’Internet moyen décroche au bout de trois minutes. Et c’est certain que votre vidéo ne sera pas projetée au cinéma. Peut-être avez-vous réuni suffisamment de matériel pour réaliser plusieurs vidéos courtes plutôt qu’une vidéo beaucoup trop longue. Si la piste audio est plus courte, pas de problème: une image animée va aussi bien avec de la musique. Mais le plus souvent, on en a trop.

Les images viennent presque d’elles-mêmes

Lorsque vous êtes satisfait de votre piste audio, vous avez déjà réussi la moitié de la vidéo. Car maintenant, le visuel coule presque de source. La caméra capture les images qui, soit illustrent le discours, soit le complètent.

Lorsque le collaborateur raconte que cela fait déjà quinze ans qu’il travaille dans l’entreprise, la caméra peut montrer le collaborateur en question travaillant sur son tour ou bien le camion de l’entreprise à contre-jour. Le cerveau humain est capable de concentrer l’image et le son sous la forme d’une perception globale. Et un bon réalisateur a souvent les bonnes images qui lui viennent à l’esprit par rapport à votre piste audio.

Authentiquement sympathique

Avec cette approche semblable au reportage, vous laissez sciemment le contrôle de la conception à la spontanéité et au hasard. Vous vous épargnez les brainstormings de votre partenaire de film, le manuscrit du rédacteur, les acteurs et les accessoires, les enregistrements vocaux en studio, les effets spéciaux provoqués et la déception à la fin lorsque vous constatez que votre vidéo ne peut pas rivaliser avec les grosses productions.

Vous obtenez à la place ce que les mises en scène n’arrivent que difficilement à restituer: la proximité authentique. Cela rend votre entreprise vraiment sympathique justement parce qu’elle se présente sans esbroufe. Et parce qu’elle place manifestement les personnes au centre de l’attention.

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

Votre commentaire

Annuler Ajouter un nouveau commentaire
Kein Kommentar

Article suivant

Numérique

En lire plus de la catégorieNumérique

Conflits d’intérêts dans le cadre de la «transformation numérique»

Imaginons, chers chefs d’entreprise, que toutes, mais vraiment toutes les parties prenantes travaillent à votre objectif de transformation numérique sans poursuivre (aussi) des intérêts propres, et soient centrés uniquement sur la réussite de votre entreprise.

Plus

Cloud versus propre informatique

Est-ce qu’à l’avenir, tout proviendra du premier, de sorte que vous n’aurez plus besoin du second? Ah là là, le jargon propre aux technologies de l’information: chaque année, on nous invente de nouvelles expressions pompeuses…

Plus

L’architecture informatique: base de la transformation numérique

Soyez honnête: avez-vous commencé la construction de votre maison individuelle sans architecte, ni plans?

Plus

Quatre recommandations pour la transformation numérique au sein des PME

La numérisation est un processus de changement auquel de nombreux entrepreneurs peinent à s’engager.

Plus